Lieutenant-colonel

Emile

DRIANT

Officier, écrivain, député

Héros du Bois des Caures

(1855-1916)

L'Homme

Une vie pour la Patrie

Emile-Augustin-Cyprien DRIANT est né le 11 septembre 1855 à Neufchâtel-sur-Aisne. Profondément marqué par la défaite de 1871, il décide de devenir militaire. Il est reçu à l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, dont il sortira 4e. Il débute sa carrière au 54e RI à Compiègne, tourné vers la frontière de l'Est dans l'attente de la Revanche. Puis il est affecté en Tunisie, notamment au 4e Zouaves, où, jeune lieutenant, il se fait remarquer  pour ses qualités et devient l'officier d'ordonnance du général Boulanger, commandant la Division française en Tunisie. Il suit à Paris, au Ministère de la Guerre, celui qui deviendra son beau-père après qu'il en ait épousé la fille cadette, Marcelle. Il retourne en Tunisie lorsque Boulanger est mis à la retraite, et sert de nouveau au 4e Zouaves de 1888 à 1892.  C'est à cette époque qu'il commence une carrière d'écrivain sous le pseudonyme de Capitaine DANRIT. En 1892, il est envoyé comme capitaine instructeur à St-Cyr où il formera toute une génération de jeunes officiers qui se distingueront plus tard lors de la Grande Guerre. Il est de retour en Tunisie en 1896 pour un dernier séjour, en tant que chef de bataillon au 4e Zouaves. Puis il revient en France où il est nommé commandant du 1er Bataillon de Chasseurs à Pied, à Troyes. "Les Chasseurs après les Zouaves, l'élite après l'élite" s'écrit-il alors. Bloqué dans son avancement au moment de l'Affaire des Fiches, il prend sa retraite de l'Armée en 1905 et débute une carrière de journaliste et d'homme politique qui débouchera sur son élection en tant que Député de Nancy en 1910, et sa réélection triomphale en 1914. Lors de la déclaration de Guerre, à 58 ans, il demande à reprendre du service et se voit confié le commandement d'un groupement de Chasseurs composé des 56e et 59e Bataillons de Chasseurs à Pied. Promu lieutenant-colonel, c'est à leur tête qu'il trouvera la mort glorieusement, le 22 février 1916, lors du combat des Bois des Caures, le 2e jour de ce qui sera la Bataille de Verdun. Il entre alors dans la Légende par son acte héroïque.

La Mémoire

Une légende toujours vivante

De son vivant, le lieutenant-colonel DRIANT avait déjà acquis une certaine notoriété, du fait de son triple statut d'officier exemplaire, d'écrivain populaire et d'homme politique. C'est pourquoi sa mort au champ d'honneur a causé un émoi dans la France entière qui s'en est inquiétée. Très vite, par sa mort glorieuse, il est devenu une "légende" de nature à inspirer de nouvelles générations de "petits français" jusqu'à aujourd'hui.

Dès 1922, la dépouille du lieutenant-colonel DRIANT est honorée au Bois des Caures par un monument où il est enterré au milieu de 13 chasseurs inconnus. De nombreuses villes honoreront sa mémoire par un nom de rue ou l'inauguration d'un monument: Paris, Nancy, Reims, Troyes, Neufchâtel-sur-Aisne, Vacherauville... En 1966, une promotion de St-Cyr le choisit pour parrain. En 2008, un Musée est inauguré dans sa ville natale, Neufchâtel-sur-Aisne pour péreniser sa mémoire.

Derniers articles publiés

Consultez aussi  notre site

Capture d’écran 2020-04-22 à 17.59.25.

un site complet pour découvrir

l'oeuvre littéraire du Capitaine Danrit

Découvrez le MUSEE DRIANT

Monument%20BdC%20(1966%20avec%20Cyrards)

L'actualité d'Emile Driant

Pourquoi se souvenir de Driant?

Quel sens cela a-t-il, plus d'un siècle après sa mort, d'entretenir la mémoire du lieutenant-colonel Emile Driant? N'y a-t-il pas des figures bien plus marquantes qui mériteraient davantage d'attention?

Certes, il y a des officiers qui ont connu, à son époque, des parcours aussi riches et dignes d'éloges: des Marchand ou Baratier, un Laperrine ou un Père de Foucauld...
Il y a des écrivains plus brillants: outre les grands auteurs, aux côtés de Jules Verne et dans la veine du roman populaire, on pourrait citer Paul d'Ivoi ou Louis Boussenard aujourd'hui oubliés.
Il y a eu aussi des hommes politiques qui ont plus durablement marqué le destin de la France et la mémoire des Français, et parmi ses adversaires, tel Jean Jaurès.

Il y eut encore des héros tout aussi remarquables durant la Grande Guerre: avec les grands généraux, Foch, Pétain, Gouraud, Castelneau... on peut saluer la mémoire d'un Maginot, d'un Raynal, d'un Guynemer, ou d'un Ducornez à la tête du 19e BCP... qui sont aussi entrés dans la Légende.

Mais peu d'hommes ont réuni autant de facettes, d'officier brillant, d'écrivain populaire, d'homme politique engagé et de héros légendaire, à un tel niveau d'excellence! C'est cette diversité de talents réunis dans l'unité et la cohérence d'une vie vouée au service de son pays, qui fait la beauté du parcours et de l'oeuvre d'Emile Driant. C'est elle que ce site entend saluer et faire découvrir.